cz de fr sp en
 
Jaroslav Doubrava Jaroslav Doubrava, né en 1909 à Chrudim, mort le 2 octobre 1960 à Prague. Il a été professeur de l´enseignement secondaire dans diverses villes de la Bohême de l´Est y compris sa ville natale. Tout en travaillant, il a terminé ses études privées de composition chez le célèbre compositeur pragois Otakar Jeremias (1936 – 40). Dès l´an 1945 il a commencé à travailler dans la rédaction musicale de la Radio tchécoslovaque de Prague. De 1955 jusqu´ à sa mort prématurée, il a travaillé comme compositeur en profession libérale. Ses principes civiques et moraux l’ont rangé dans la position des artistes tolérés dans le meilleur cas, mais plutôt défavorisés par le pouvoir de l’Etat. Néanmoins conséquemment au dégel politique temporaire dans la période de soi-disant le „Printemps de Prague“, il a obtenu le prix pour son activité créatrice „in memoriam“ en 1969.
Il a écrit plusieurs oeuvres scéniques: les opéras le Songe d´une nuit d´été (selon Shakespeare), le Baptême du Saint Vladimír (inachevé) et la Ballade de l´amour (la première en 1962,Théâtre National, Prague), les ballets le Roi Lavra et Don Quichotte. Puis il a créé trois symphonies, de la quatrième – inachevée on joue le premier mouvement sous le titre la Pastorale d´automne, une série de compositions de chambre instrumentales (pour violon et piano), ainsi que vocales (chants et choeurs).
Jaromír Havlík a écrit la monographie concernant la vie et l´oeuvre de Jaroslav Doubrava sous le titre le “Compositeur dans le serrement de deux totalités”(Akademie Muzickych umeni, Praha 2002). On peut trouver des articles d´auteur dans “Die Music in Geschichte und Gegenwart”, dans “Grove´s Dictionary”, ”Cs. encyklopedie“, “Cs. hudebni slovnik osob a instituci“.

Le ballet – tragi-comédie Don Quichotte, dédié à „don Quichotte dans chacun de nous“, a été achevé en 1955, l´année de l´anniversaire culturel mondial rappelé par le Conseil mondial de la paix. Le compositeur a reçu le prix pour son oeuvre dans le Grand Concours jubilaire en Tchécoslovaquie de ce temps – là. Le ballet en un prologue, cinq actes et un épilogue selon Cervantes sur le livret de J.Bachtik et l’auteur a été présenté dans le Théâtre d´Etat de Brno par le chorégraphe J.Nermut, le chef d’orchestre J.Pinkas et l’ensemble de ballet de ce théâtre (la première le 22.12.1957). En 1961 l´oeuvre a été exécutée dans le Volkstheater Rostock en première avec un grand succès et présentée à plusieurs reprises pendant toute la saison.
Dans le cadre du Printemps de Prague Don Quichotte a apparu sur la scène du Théâtre National en 1958. On a exécuté et exécute fréquemment la suite orchestrale du ballet à cinq parties (la Fête des vendanges à Tobosa, l´Errance dans le brouillard – la lutte contre le moulin à vent, la Danse dans l’auberge, le Vol à cheval de vent et Epilogue) qui a été enregistrée et éditée (30´).
Don Quichotte de Doubrava n´est pas l´unique adaptation tchèque du sujet célèbre. Rappelons avant tout le drame de Viktor Dyk l´Assagissement de Don Quichotte de 1914 (metteur en scéne Fr. Zavrel, scène: Fr. Kysela) et de la même époque la Tête de Don Quichotte du sculpteur Otto Gutfreund. (La collection de 31 gravures sur bois et 2 xylographies de Quido Manes de la seconde moitié du 19e siècle a été publiée par “Druzstevni prace” en 1923.) Les plastiques du sculpteur Jan Kodet de l´époque de guerre, les illustrations du peintre Fr. Tichy pour le roman des années 50 ou le cycle graphique du poète et artiste Bohuslav Reynek le Pasteur solitaire ou le cycle poétique de V.Provaznikova Don Quichotte inspiré par les graphiques de Reynek des années 90 etc.
ap.


Les informations sont complétées par des affiches, programmes et photographies des deux mises en scène et aussi par la parole de l´auteur sur le ballet en espagnol et le profil de l´auteur et de son oeuvre en allemand et en anglais (le tract du Centre d´informations de musique ČHF, 1990

1) La première dans le Théâtre Janáèek à Brno le 22 décembre 1957
2) Un des articles de la presse: „Svět v obrazech“ (Le Monde en tableaux), janvier 1958
3) Le Théâtre d´Etat à Brno au Printemps de Prague 1958
4) Volkstheater Rostock, mars 1961
5) Le Printemps de Prague 1969


Jaroslav Doubrava
DON QUIJOTE

Le ballet – tragi-comédie en un prologue, 5 actes et un epilogue
Le livret selon le roman de M. de Cervantes a été adapté par J. Bachtik et J. Doubrava

Dédié: à don Quichotte dans chacun de nous


Le ballet – tragi-comédie présente don Quichotte comme l’histoire de l’homme équipé seulement de sa croyance en justice et de ses rêves. Ce sont eux pour lesquels le héros déploie tous ses efforts, mais toujours en vain. Le symbole du désir de Quichotte est représenté dans le ballet par Dulcinea. Au service de cette dame de ses rêves Quichotte et son ami Sancho Panza partent en lutte.
Dulcinea passe par toutes les scènes du ballet. Elle apparaît comme une fille dans l’auberge où plus tard Quichotte est armé chevalier. Elle apparaît parmi les comédiens et c’est elle pour qui le chevalier lutte contre les moulins à vent. Quoique blessé après la chute de l’aile du moulin à vent, le chevalier lutte de nouveau pour sa Dulcinea contre les outres de vin pendant la fête des vendanges à Tobosa. Il la reconnaît aussi dans le jeu pastoral amoureux. Son inaccessibilité l’amène à la danse avec sa propre ombre. Au château ducal il quitte la société humaine pour traverser les espaces astraux à cheval de vent. Au cours de ce vol il lutte contre les masques fantastiques de la stupidité humaine, de la haine et de l’envie pour vaincre la mort même dans la lutte pour l’immortalité. Au moment quand il touche le laurier de l’immortalité que lui passent Dulcinea et les étoiles des rêves humains, il se trouve dans les ruines du cheval de bois au château ducal. Don Quichotte retourne de ses expéditions à la maison moqué et incompris. Dans l’épilogue la mort vainc le chevalier. Le chevalier meurt déploré par Dulcinea et Sancho Panza.
Mofado e incomprendido vuelve a casa de sus expediciones.En el epílogo la muerte vence al caballero. El caballero muere lamentado por Dulcinea y Sancho Pansa.


durée 100


Le contenu du ballet écrit par le compositeur en décembre 1957 avant la première à Brno